Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
3 mars 2011 4 03 /03 /mars /2011 10:40

L’utilisation de logiciels libres – qui donnent les quatre libertés d'utiliser, étudier, modifier, redistribuer – et de formats ouverts – qui permettent de s'émanciper de solutions captives –  est une condition nécessaire au développement de la société de l’information, au partage des connaissances et à l'émancipation des citoyen-ne-s. Il s'agit d'une démarche de production coopérative et d'éducation populaire que le Parti de Gauche veut favoriser : éduquer pour émanciper. Tout ce qui permet aux citoyen-ne-s d'exercer leur intelligence est un pas vers la révolution citoyenne qui permettra de sortir de la crise du capitalisme, œuvrer à son dépassement et construire un nouveau modèle de société.

C’est pour contribuer à atteindre cet objectif que le Parti de Gauche apporte son soutien à l'initiative Candidats.fr de l'APRIL et appelle ses candidat-e-s, ainsi que les candidat-e-s  du Front de Gauche aux élections cantonales de mars 2011 à signer le Pacte du Logiciel Libre.

Le Parti de Gauche œuvre pour qu'Internet et le Logiciel Libre prennent toute leur dimension et participent à l'élaboration de la société du savoir qui reste à construire. Il prône son utilisation à tous les échelons de l'État, des administrations centrales aux collectivités locales en passant par tous les établissements de service public. Pour cela, il est aussi nécessaire de réduire la fracture numérique qui n'est qu'un autre aspect de la fracture sociale. L'accès pour tous au réseau, la liberté du choix des outils, la défense de la neutralité du réseau Internet sont autant de combats à mener pour y parvenir. Le Parti de Gauche encourage ses élu-e-s à porter le débat sur ces questions dans les instances et les organismes où elles et ils sont élu-e-s.

 

2 Mars 2011

Commission Numérique du Parti de Gauche

 


http://www.april.org/files/images/macaron_pacte/macaron_pacte-rouge.png

Repost 0
11 février 2011 5 11 /02 /février /2011 11:31

Ceux qui ont de grands ados à la maison me comprendront ...

 

1292192991245

Repost 0
31 janvier 2011 1 31 /01 /janvier /2011 11:13

cantinescolaire-copie-1.jpg

Je vous en ai déjà causé , petite piqure de rappel :

 

A la rentrée 2011, les cantines de certains établissements scolaires, dont Arsonval et Cabanis seront équipées d’un lecteur de reconnaissance du contour de main (RCM). Pour aller manger, les élèves, professeurs et personnels devront mettre leur main dans une machine et taper un code. La machine reconnaît le contour de la paume, vérifie que la cantine a bien été payée et donne (ou non) l’accès au site.

Des arguments en trompe-l'œil
Selon le fabricant et la direction de d'Arsonval et de Cabanis, la biométrie ne présente que des avantages : gain de temps, plus de cartes perdues, investissement modeste. Pourtant :
le passage au self est moins rapide qu'avec une carte ; le coût du matériel ne doit pas faire oublier celui de la maintenance ; l'argument de la perte des cartes ne tient pas non plus, puisque la gestion par l'enfant de ses affaires personnelles fait partie du travail éducatif...

kapisprison.gifUne technologie controversée
Au niveau national des syndicats d'enseignants comme la FSU et SUD éducation, la FCPE (parents d'élèves), le Syndicat de la Magistrature et la Ligue des Droits de l’Homme ont pris position contre l’usage de la biométrie en milieu scolaire.

Une société de surveillance
La biométrie n’arrive pas seule. Elle se couple avec d’autres technologies (vidéo-surveillance, fichage ADN, nouvelle carte d’identité électronique...) qui donnent à ceux qui les maîtrisent un pouvoir de plus en plus important sur nos vies.

yourbody.jpgRefuser la biométrie
A Lédignan (30), à Clermont l'Hérault (34), la mobilisation des personnels et des parents d'élèves a permis de mettre un coup d'arrêt à l'utilisation de bornes biométriques. C'est possible aussi en Corrèze ! Nous estimons que d’importantes questions éthiques et politiques sont en jeu.
Selon la CNIL, chaque parent doit être informé de la mise en place de ce système et être en mesure de l'accepter ou le refuser. En cas de refus, l'ancien système prévaudra.

CONTRE LA BIOMETRIE,
SOUTENEZ L'ACTION DU COLLECTIF

Contact : Dépassons les bornes19, collectif corrézien contre la biométrie (FCPE 19, LDH 19, SUD EDUCATION LIMOUSIN …)
Adresse : FCPE – 2 ter avenue Mozart – 19100 Brive   05 55 23 64 14
Mél : depassonslesbornes19(at)gmail(point)com

Jeudi 3 février 2011 – 20 h 30 – Centre culturel de Brive
Film documentaire « Le temps des biomaîtres » {Arte}
suivi d'un débat  - entrée libre et gratuite

Repost 0
28 janvier 2011 5 28 /01 /janvier /2011 14:35

Tunisie, Egypte , révolutions twitter-facebook qu'ils nous rabachent , les médiacrates de tous poils , et les jeunes gens qui se prennent pour des geeks alors qu'ils sont juste des fashion-victims à Smartpĥone et Tablette ?

 

En Egypte, ils ont trouvé la parade absolue contre la révolution 2.0 ... Débrancher la prise !

 

At 22:34 UTC (00:34am local time), Renesys observed the virtually simultaneous withdrawal of all routes to Egyptian networks in the Internet's global routing table. Approximately 3,500 individual BGP routes were withdrawn, leaving no valid paths by which the rest of the world could continue to exchange Internet traffic with Egypt's service providers. Virtually all of Egypt's Internet addresses are now unreachable, worldwide.

 

5395027368_7d97b74c0b_b.jpg

 

dskt2Seul le fournisseur d'accés Noor group est encore opérationnel à cette heure ... Bon, c'est le fournisseur d'accés de la Bourse egyptienne ... n'y voyez aucune coincidence ... Ils ne voulaient pas faire de peine à nos amis du FMI de gôche ,  qui doivent trouver que , comme pour le camarade Ben Ali en Tunisie ( comme le rapporte le canard enchainé du 26 janvier  ) , le camarade Hosni Moubarak méne une politique saine .  Je ne dirais rien sur le temps que va mettre l'Internationale Socialiste à virer comme un mal-propre le camarade Moubarak s'il perd le pouvoir ... ne pas injurier l'avenir , ils ont décidé de faire le ménage dans l'internationale socialiste ...


Non, je voulais juste souligner que le pouvoir egyptien a préservé l'essentiel d'internet, le business , et débarassé  le web de ses dangers ... C'est à des signes comme celui là qu'on réalise la différence entre le totalitarisme de l'Iran et les mesures de protection des populations inspirées du savoir faire français de Michéle Alliot Marie ( et ses LOPSI ) et autres sinistres de la république ( et leurs HADOPI, DPI etc ... ) .

 

"Bloquer le Web dans des pays qui exercent un contrôle important sur les fournisseurs d'accès n'est pas difficile, parce que ces entreprises qui exploitent les réseaux de câbles dépendent le plus souvent de licences du gouvernement", explique Craig Labovitz, responsable scientifique pour Arbor Networks. "Il n'y a pas de gros bouton rouge, simplement un coup de téléphone passé à une douzaine de personnes-clés."

 

 

La France L'Egypte compte quatre principaux fournisseurs d'accès à Internet : Orange Link Egypt,SFR Vodafone/Raya, Bouygues Télécom Telecom Egypt, et Free Etisalat Misr. Trois d'entre eux sont propriété de trés proches du pouvoir Tous dépendent de la licence qui leur est fournie par l'autorité de régulation des télécommunications française égyptienne.

 

Mais ça n'arrive qu'aux autres ...

 

Puis de toute maniére, on a su faire des révolutions avant l'invention même du téléphone ... et les égyptiens en semblent capables ...

 

propaganda

 

Edit 17h48 :

si vous voulez comprendre comment le gouvernement égyptien a "débranché la prise" d'internet , excellente explication de bluetouff sur reflet.info , ou l'on peut suivre la chronique d'un massacre en fil d'info ... 

Repost 0
10 janvier 2011 1 10 /01 /janvier /2011 11:48

Les Ecologistes ont une mêmoire de poisson rouge ...( ou sont les descendants de Saint Malachie ?  ) ...

Ce matin, je descendais la poubelle , y a ma concierge qui m'alpague " tééé petit , t'as pas lu le blog de l'aut'écolo-végétarien ? " ( je mets jamais les liens vers les blogs que j'aime pas, histoire de pas les booster un peu plus coté Google ) "nan" que j'y réponds ( le matin , j'ai déjà du mal à lire l'emballage du paquet de café , alors me perdre dans la blogosphére ...
bab_chomeur_radin-copie-1.jpg"Allez petit, viens boire un petit noir, que je te raconte" ... Et là, je refuse jamais pasque , ma bignole, le kawa, elle le fait à l'ancienne , à la mélitta ... "Y a l'aut' bouffeur de soja , y balance partout sur le ouebbe que si y a la merde dans les aéroports, et de la neige à Brive, c'est que"La crise climatique démentielle dans laquelle nous entrons pour la simple raison que nous sommes fous, cette crise ne peut que faire exploser les digues de la raison technique." et que si on triait mieux nos escoubilles et si on mangeait bio, ça arriverait pô !" Bon, faut dire que , vu de notre coin de Corréze, à 20 heures, version Pujadas , ou en boucle , toute la journée , version stagiaire de chez BFM , on avait passé presque deux semaines à voir des parisiens citadins naufragés de la route et des commerciaux retour du sechuan et bloqués à Roissy expliquant combien c'est un scandale qu'ils soient pas plus considérés que les petites chinetoques qu'ils font trimer comme des noirs dans leurs bagnes pour bien optimiser le profit de quelques enculés actionnaires pansus ... De la neige en hiver, en région tempérée , heureusement qu'y a un écolo pour nous expliquer que c'est un signe de la colére divine contre la folie des hommes de la nature contre les souffrances que lui infligent les humains ... Ma bignole et moi, qui sommes des vioques, pas totalement dézingués par Al Zeihmer , on se souvient, gosses, avoir fait de la luge à Palavas au mois de janvier, y a même une mamie dans le quartier qui radote avoir traversé la corréze gelée à pied sec ... Du froid en hiver ... Ma bignole et moi, qui sommes des ( vous connaissez la suite ) ... on se souvient, d'avoir entendu raconter par nos vieux qu'en 1956 , il avait fait tellement froid que le pinard avait gelé , que les oliviers 03tricentenaires du languedoc avaient crevé ... L'hiver , y fait froid, l'été y fait chaud , en gros et à la louche , c'est des notions qu'on avait enregistré dés l'école publique laïque et obligatoire , à une époque ou l'instruction civique était pas sponsorisée par éco-emballage ... Et quand y fait froid, y géle et si y fait moins froid, y neige ... Et quand y géle, ben au premier coup de frein on finit au fossé depuis l'interdiction des pneus cloutés, et quand y neige, ben les routes sont blanches , et ( si on a appris a conduire ) on peut rouler , tant qu'il y a pas plus de 15 cm de neige , ou une bagnole en travers ...
Je dis à ma concierge " je me souviens , en 1985, avoir fini de chateau rouge à Saint Ouen à pied, le chauffeur antillais du bus de nuit de la RATP ayant trouvé plus prudent de pas continuer , vu la couche de glace qu'y avait sur la chaussée . le Parisien avait pô titré le lendemain "le bus de l'enfer" ... et on était resté 10 jours à la maison, pasqu'il y faisait pas plus chaud que dans les bureaux mais au moins on s'ensevelissait sous les couvrantes " ... Et la bignole de me répondre " ouai, mais t'as pas pigé , petit , que nos précheurs millénaristes sponsorisés par le développement durable et Nicolas Hulot, faut bien qu'ils entretiennent la grande trouille ... pasque quand t'as peur, tu réfléchis pas , et réfléchir , c'est le début de l'insoumission ! "
Faut dire qu'elle a pô tort, ma concierge ... On doit être morts de trouille, à voir l'absence de questions qu'aurait du poser "cet épisode climatique neigeux" sur la fragilité de nos sociétés . On s'est beaucoup interrogé sur le glycol pour les n'avions , les plantes maritimes sur le bord des routes suisses trop salées ( et on sait bien que le sel saymal ) , l'absence de matériel de déneigement en région parisienne, les feignants de la DDE ( mais ça c'est juste un marronier néo-cons ) ... epicétou ! Personne ne s'est interrogé sur la premiére conséquence du blocage presque total de la circulation des poids-lourds , la quasi-disparition des produits alimentaires frais ( enfin si on peut appeler "frais" des trucs bizarres de la "salade" ou du "jambon" vendus sous préservatif avec une DLC à 1 mois ) dans les rayons de la grande distribution ... au bout de 3 jours ! Bon, ma concierge et moi, on s'en balance grave , on est du genre à avoir toujours des réserves, genre paté ou rillettes de canard maison et quelques kilos de farine ( pour faire le pain parce que le paté maison sur les craquottes ou les galettes de riz bio , ça le fait pas ... ). Là, y a ma moche.jpgconcierge qui me dit " si on se repayait un long épisode froid comme il en arrive de temps à autres, les cons ( pour ma concierge "con" c'est un terme générique pour qualifier les "bons consommateurs" même si je pense souvent qu'elle désigne sous ce vocable les tout petits bourgeois qu'ont adhéré à la pensée néo-cons ... à moins que ce soit les mêmes ? ) , y créverait de faim avant le peak-oil l'apocalypse auquel nous conduira, un jour ou l'autre,  le réchauffement climatique . Chuis pas climatologue , petit, mais par contre, j'ai fait du vélo ... notre modéle de société c'est un vélo ... si elle s'arréte de bouger, elle se casse la fiole ... " . Là, elle réfléchit un moment, pis elle rajoute " Tu vois, y a un truc qui me déçoit , chez tes pôtes du parti de gauche , ... y en pas eu un pour enfoncer le clou à cette occasion là, sur la planification écologique, la relocalisation , la question des ceintures maraichéres autour des villes, de l'agriculture de proximité, le ralentissement , tous ces trucs qui fleurissent du coté des décroissants au beurre de baratte ! Pasque faire traverser la planéte à ce que tu mets dans ton assiette tous les jours, c'est courir le risque au moindre pépin de la tringler ! Bon c'est vrai que quand tu fais ton marché à La Giuerle, y a les enfoirés de sous produits brillants produits d'écoles de commerce qui peuvent pas faire gagner de pognon aux enculés actionnaires pansus !"
"Euh, t'as pas jeté un oeil sur le blog à Corinne , aujourd'hui ? quand elle écrit :
Est ce qu'on ne serait pas plus heureux, mieux outillé, avec un réaménagement drastique du territoire autour de villes de taille moyenne, mieux réparties sur le territoire, dotées de surfaces agricoles et reliées par un réseau TER mieux cadencé ? Avec des médecins de service public qui n'aient plus peur du désert rural, des coopératives de fermiers de famille, des ateliers de réparation communaux et des assemblées de prise de décision collective inter-communales ?
elle dit pas autre chose ... ! 

Puis arréte de les appeler écologistes , les adeptes à Dany le grund , à Niko gel-douche Hulot, à Yan Artus Hélico ... c'est juste des éco-évangélistes ..."

ecotartuffe-propagande-riches-ecologie-arthus-bertrand-home

Repost 0
22 décembre 2010 3 22 /12 /décembre /2010 10:30

 

L'Assemblée adopte le texte Loppsi 2 sur la sécurité intérieure ...

ka22

 

Ou

closem10.jpg

 

Enfin tranquilles :

propaganda.jpg

Repost 0
3 décembre 2010 5 03 /12 /décembre /2010 09:33

Mardi, je vous causais, à propos de la SAUR ( mais j'aurais pu aussi en causer à propos de Véolia ) du colloque organisé par nos camarades Gabriel Amard et Paul Ariés : Viv(r)e la gratuité des services publics le WE dernier .

Grace au gros boulot Militant de nos camarades militants de la télé de gauche 77 , voici un résumé de ce colloque avec dans l'ordre chronologique les différentes interventions :

 

 

 

 

Paul Ariés Directeur du Sarkophage ,

 

 

 

 

Corinne Morel Darleux , PG

 

 

 

 

Aurélien Bernier , MPEP

 

 

 

 

Jean Luc Mélenchon , PG

 

 


Repost 0
30 novembre 2010 2 30 /11 /novembre /2010 10:32

Une éternité que j'avais pas jeté un oeil aux stats du blog ... Ce matin, j'en ai avalé mon café de travers ...

 

Sans-titre-copie-1.jpg

 

Je me demande toujours ce qui peut se passer dans la tête de mes contemporains quand ils demandent à gogol de trouver une réponse à leurs questions existencielles "surprenantes" ...

Y a ma concierge qui me dit " tu sais petit , ils avaient du recevoir leur facture de flotte " ... j'ai un doute , sinon j'aurais eu des visiteurs qualifiant Véolia du même nom d'oiseau ... Mystére ...

 

Même si ... :

 

La crise sociale et écologique se conjuguent pour rendre plus que jamais nécessaire de nouvelles politiques de gestion des biens communs dans le but de satisfaire les besoins fondamentaux de chacun et de retisser du lien social dans un monde qui peine à faire société. C'est justement là le rôle premier du service public, qu'il soit local ou national.
Le service public, auquel la population ne cesse de dire son attachement et dont le citoyen est autant usager qu'acteur, contribue en outre à revivifier l'IMPLICATION POPULAIRE. C’est pourquoi nous croyons nécessaire mais aussi possible de marcher progressivement vers la gratuité des services publics locaux, préalable à la construction d'une gratuité pour les services publics nationaux.
La défense et l’extension de la sphère de la gratuité constituent le grand combat pour les prochaines décennies, parce qu’elle constitue une des valeurs fondamentales de la gauche, parce qu’elle est une façon de reprendre l’initiative sur la droite. La gratuité est nécessaire sur le plan social, environnemental, politique et même humain. En premier lieu, parce que dans le contexte actuel de  l’effondrement environnemental et social et face aux limites de la planète qui nous obligent à redevenir des « partageux », la gratuité pose la grande question du choix politique : que produit-on ? Comment ? Et pour qui ? Ce choix est élaboré en lien avec les besoins et les aspirations des citoyens:
On nous oppose que la gratuité a un coût. Cela nous oblige donc à faire des choix. C’est aussi une bonne raison pour rendre la parole à ceux qui en sont privés. Le passage vers une société de la gratuité n’ira pas sans un surcroit de démocratie, sans un approfondissement de la démocratie électorale certes, mais aussi sans l’invention de nouvelles formes de démocratie directe. Le choix de construire la gratuité des services publics locaux permet de faire de la politique autrement, de faire apparaitre les limites environnementales et les enjeux sociaux. Veut-on que le stationnement soit gratuit pour les voitures ou préfère-t-on que la cantine soit gratuite pour les enfants ? Cette révolution CITOYENNE que nous proposons est celle de la « gratuité du bon usage » face au renchérissement, voire à l’interdiction du mésusage, du gaspillage. Il n’y a pas de définition objective ou moraliste : le bon usage est ce que les citoyens en font. La définition est donc affaire de mœurs, de rapports de force, d’état des lieux.
Le premier intérêt de ce paradigme est de résoudre la contradiction entre les contraintes environnementales et le souci social, car il ne suppose plus de faire croître la gâteau (PIB) avant d’en changer la recette pour le partager. L'autre grand avantage est de réconcilier le temps de la démocratie et celui des écosystèmes, car ce sera aux citoyens de définir ce qui relève du bon usage (et qui doit être gratuit) et ce qui relève du mésusage (et doit être réglementé ou interdit). Il fait donc disparaître toute contradiction entre le but et le chemin. Il exige à chaque étape que le politique (la délibération) soit premier. Le législateur saura trouver les solutions techniques adaptées : système de prix variables par niveaux de consommation ou par type d'usage, etc. Pourquoi payer au même tarif le mètre cube d’eau pour faire son ménage et remplir sa piscine privée ? Pourquoi payer son essence, son électricité, son gaz le même prix pour un usage normal et ce que la société considère être un gaspillage ? L'eau va manquer : raison de plus pour en rendre gratuit le bon usage et renchérir ou interdire les mésusages. Le danger serait bien sûr que cette politique renforce les inégalités en enfermant le peuple dans le nécessaire pendant que les riches accèderaient au superflu. C'est pourquoi ce paradigme de « la gratuité de l'usage » et du « renchérissement du mésusage » ne peut aller sans décroissance des inégalités. Nous devons réfléchir à la nécessité de donner à chacun de quoi vivre, frugalement sans doute, mais dignement. Nous commencerons donc par avancer vers la  gratuité des services publics locaux. Ici, on organise la gratuité des transports en commun urbains ; là, celle de l’eau propre correspondant aux besoins vitaux ; ailleurs, celle de la restauration scolaire ou des services funéraires ou des services culturels…
Tous ces morceaux de gratuité conquise sont des réponses à l’urgence sociale, ce sont aussi une façon de construire politiquement et culturellement la gratuité. Il n’y aura pas de société de la gratuité sans une culture de la gratuité, tout comme il n’y a pas de monde marchand sans une culture du marché. Nous devons admettre que parler de gratuité est devenu plus difficile qu’il y a quelques décennies compte tenu de la droitisation généralisée de la pensée. On nous objecte que la gratuité serait bonne pour ceux qui ne peuvent pas payer. Mais si on accepte ce raisonnement pour les transports en commun urbains, pourquoi ne pas l’accepter également pour l’école ou la santé publiques ? On oublie qu’il existe en fait deux grandes conceptions possibles de la gratuité. La gratuité d’accompagnement du système, c'est-à-dire cette gratuité pour les pauvres. Mais cette gratuité-là ne va jamais sans condescendance et sans flicage (est-ce que vous êtes un pauvre méritant ? Un vrai bon chômeur ?). L’autre conception de la gratuité est une gratuité au service de l’émancipation. Un exemple : ce qui est beau avec l’école publique, c’est qu’on ne demande pas à l’enfant s’il est gosse de riche ou de pauvre, c’est qu’il est admis en tant qu’enfant. Pourquoi ce qui est vrai pour l’école ne serait-il pas vrai pour les quatre domaines qui permettent de vivre frugalement certes mais dignement : le droit au logement, le droit à l’alimentation, le droit à la santé et à la culture.
Le colloque que la Communauté d’Agglomération Les Lacs de l’ Essonne et Le Sarkophage (journal d'analyse politique) organisent le samedi 27 novembre sera l’occasion de rendre compte des expériences, de (re)penser une alternative globale à la crise du système capitaliste et à son cortège de misères, ce sera un colloque qui bouscule les idées reçues sur la déresponsabilisation par la gratuité, ce sera l’occasion de montrer que l'esprit de la gauche et de l’écologie est toujours de penser en dehors des solutions que nous impose le système productiviste capitaliste. A l’occasion de ce colloque, la Communauté  d’agglomération Les Lacs de l’Essonne mais aussi d’autres villes prendront l’engagement ferme de commencer dès maintenant à assurer à chacun de quoi vivre dans/par la gratuité. Une gratuité économiquement construite, une gratuité politiquement construite, une gratuité juridiquement construite, une gratuité culturellement construite, une gratuité construite dans les luttes sociales.

Paul Ariès,
directeur du Sarkophage


Gabriel Amard,
Président de la Communauté d’agglomération Les lacs de l’Essonne

 

à lire aussi : La vie n’est pas à vendre ! Vive la régie publique de l’eau.

 

Edit 11h04 :

y a ma concierge qui remonte ... "petit t'avais pas jeté un oeil à la montagne ? regarde !

Pondre une pleine page à la gloire de la communauté d'agglo sans même effleurer la réalité, ça c'est du journalisme ! " ...

"Pourtant ils avaient du recevoir le communiqué de presse de la SAUR , le 24 septembre 2007 ... " ...

 

Saur en Corrèze : Saur est implantée en Corrèze depuis 1964, date d’obtention de son premier contrat avec le syndicat de Beaulieu. Le contrat de la ville de Brive représente l’un des contrats les plus importants de Saur, tant au niveau régional que national

 

Total , l'internaute , ... sa requéte était pas si illégitime, juste partielle ...

Repost 0
24 novembre 2010 3 24 /11 /novembre /2010 10:37

pireL'aut'jour, juste avant le départ au congrés des rillettes dont je vous ai balancé les discours de cloture hier, une copine avait tiré le signal d'alarme sur l'adoption par le conseil d'Administration du Lycée d'Arsonval d'un procédé de controle biométrique pour l'accés à la cantoche ...En creusant , et pas trop, ce qui , à l'origine pouvait passer pour la position d'un Proviseur tenté par le gadgetisme technologique s'avére une décision politique prise par la majorité régionale ... Oui, la Région Limousin envisage de promouvoir le contrôle biométrique dans les établissements d'enseignement dont il a la charge ... De quoi on cause ? dans quelques mois, les gamins scolarisés dans les lycées de la région auront la grande joie de plus passer une carte magnétique dans un lecteur pour voir s'ouvrir l'accés à la cantine, mais poseront la paume de la main et taperont un code pour le même résultat ... Anondin, me direz vous ! Et si "pratique" , si "moderne", si "fashion" ... Un de ces gadgets comme les adorent les gamins ...

 

Pas besoin de biométrie dans les lycées !

La région Limousin veut s'engager à financer des dispositifs de biométrie pour les selfs des lycées et lycées professionnels du Limousin qui en feraient la demande, comme atteste le dossier présenté devant la commission Education début novembre. Dès le mois d'octobre, informés de ce projet, les élus Limousin Terre de Gauche ont attiré l'attention du président de Région sur le gaspillage d'argent public de ce dispositif et, plus encore, sur le modèle de société policée que cela construit.

 


Voici le contenu de ce courrier :

 

"Monsieur le Président,

Nous avons été informés par des représentants syndicaux d'un projet de la région visant à instaurer des dispositifs biométriques supplémentaires afin d'automatiser l'accès aux cantines des lycées. L'information nous a été confirmée par les services lors de la réunion de la 5ème commission qui s'est tenue le 11 octobre 2010.

Bien que ces solutions se veuillent un moyen de pallier les inconvénients du système d'accès par carte (pertes, vols de cartes), nous considérons qu’elles sont disproportionnées par rapport à ce qu’elles sont censées résoudre.

En effet, l'identification par la biométrie suppose que l'usager livre une information très individuelle, la plus individuelle de toutes, pour s'identifier en temps réel. Une telle précision d'information est-elle requise pour permettre le passage des élèves à la cantine ? Les pertes de cartes (que les élèves peuvent remplacer à leurs frais) justifient-elles qu'on ait recours à un tel moyen ?


La disproportion entre le problème et la solution envisagée montre que le véritable débat ne se situe pas sous l'angle de la praticité d'un dispositif, même techniquement moderne, par rapport à un autre. L’enjeu se situe sur le terrain des valeurs. Or, la mise en place de la biométrie s'intègre dans une logique toujours plus poussée de surveillance des individus qui mène à la construction d'une société de plus en plus coercitive portant attente aux  droits et à  l'intimité des individus.

Mettre en place ce dispositif dans les établissements scolaires, c'est faire accepter par nos jeunes une surveillance exagérée et les habituer à être soumis à un système de surveillance généralisée, contraire à la volonté émancipatrice de l'école républicaine. L'efficacité du système est bien ici le problème. Avons-nous réellement besoin d'identifier si parfaitement les individus, de contrôler à ce point leurs déplacements et leurs actes ? En réalité cette volonté de contrôle est pour nous inacceptable.



En conséquence, nous vous demandons de reconsidérer ce projet et de ne pas donner suite à la demande qui vous a été faite de le mettre en place.

Dans l’attente, veuillez agréer, Monsieur le Président, l’expression de nos salutations respectueuses. Les élus Limousin Terre de Gauche.

 

 

kapisprison.gifBon, j'aurais pas dit mieux ... enfin, si, j'aurais juste rajouté que passer de la dénonciation du concept de Bahut-Usine ou Bahut-Caserne , tel qu'on l'a vécu dans les années 70 à l'acceptation du concept de bahut-prison, avec les dispositifs de contrôle qui vont bien parcequ'ils sont si modernes , ça aurait tendance à me faire douter de l'humanité ...

 

Toutes ces technologies, si gaillardement vendues par les marchands de sécurité, elles ont été développées pour assurer l'optimisation du contrôle dans les établissements pénitentiaires ... Mais , ma bonne dame, faut amortir les investissements, trouver de nouveaux marchés ... et pour ça , comme l'écrivait le GIXEL ( groupement professionnel des industries de composants  et de systèmes électroniques ) :

 

parce que "la sécurité est très souvent vécue dans nos sociétés démocratiques comme une atteinte aux libertés individuelles, il faut donc faire accepter par la population les technologies utilisées et parmi celles-ci la biométrie, la vidéosurveillance et les contrôles.
Plusieurs méthodes devront être développées par les pouvoirs publics et les industriels pour faire accepter la biométrie. Elles devront être accompagnées d’un effort de convivialité par une reconnaissance de la personne et par l’apport de fonctionnalités attrayantes :
- Éducation dès l’école maternelle, les enfants utilisent cette technologie pour rentrer dans l’école, en sortir, déjeuner à la cantine, et les parents ou leurs représentants s’identifieront pour aller chercher les enfants.
- Introduction dans des biens de consommation, de confort ou des jeux : téléphone portable, ordinateur, voiture, domotique, jeux vidéo
- Développer les services « cardless » à la banque, au supermarché, dans les transports, pour l’accès Internet, ...
La même approche ne peut pas être prise pour faire accepter les technologies de surveillance et de contrôle, il faudra probablement recourir à la persuasion et à la réglementation en démontrant l’apport de ces technologies à la sérénité des populations et en minimisant la gène occasionnée. Là encore, l’électronique et l’informatique peuvent contribuer largement à cette tâche".

 

yourbody.jpgBon, vous me direz, c'est celui qu'a des choses à cacher/se reprocher qui crie le plus fort contre tout ce qui vise à protéger la sécurité de ses concitoyens ... C'est ça les droitsdelhommistes ... Au secours, ils sont devenus fous ! Un matin, on va se réveiller dans un monde ou chacun devra, à tout moment prouver son innocence ... On me glisse à l'oreillette que c'est en bonne voie, du contrôle "social" des chômeurs à la Loi Hadopi (tre) , au DPI et autres caméras de surveillances ... 

A moins qu'ils aient réussi entre temps à faire accepter l'idée de l'implantation d'une puce RFID dés la sortie de la maternité . Ils cherchent déjà , surement , des techniques d'implantation rendant impossible le retrait ... greffées dans la moëlle épiniére ? dans le cerveau ? ...

 

Petit cadeau pour en apprendre plus :

 

 

 

 

 


Repost 0
23 novembre 2010 2 23 /11 /novembre /2010 15:55

Le Mans , Dimanche 21 Novembre , meeting de cloture du congrés national du parti de gauche ....

 

Marc Dolez ( Parti de Gauche )

 

 

Clémentine Autain ( FASE )

 

 

Christian Piquet ( Gauche Unitaire )

 

 

Pierre Laurent ( Parti Communiste Français )

 

 

Jean Luc Mélenchon ( Parti de Gauche )

 

 

Repost 0

C'est Nous

  • : Le blog du passejaĩre
  • Le blog du passejaĩre
  • : Brive la Gaillarde vue par deux promeneurs de la france d'en bas ... de A comme aéroport à Z comme zozos ...
  • Contact

marre ! ya basta !

Licence Creative Commons
Ce(tte) œuvre est mise à disposition selon les termes de la

Licence Creative Commons Attribution 3.0 France.

Aurore-Martin
gaz-de-schiste-no-gazaran-1301864821-thumbnail.png

groupe 500px

Recherche

on les lit

garanti sans chiens de garde ni journalistes de compagnie
- Le Monde Diplomatique
- Politis
- Siné Hebdo
- Le Plan B
- CQFD
- Rézo

- Reflets

- Basta

- Fakir

- RageMag

Logiciels Libres

comme la presse, on aime les logiciels libres , garantis sans Marché dedans !

- PULLCO

- Ilico l'internet moins le marché
- APRIL
- AFUL
- FRAMASOFT
- UBUNTU
- Internet Actu